little banner

Calendrier de l'Avent 2021 - jour 5

Rédigé par Lou Morens Aucun commentaire
Calendrier de l'Avent 2021 - jour 5 Extrait Tome 2 - Trahisons
calendar-05.jpg

Il était presque sept heures, lorsque Solène reçut un appel paniqué d’Eleonora depuis le communicateur qui reliait leurs maisons respectives et la base Cooper. Alex avait disparu, il était parti juste après la visite de Sam et n’était toujours pas rentré, alors qu’il se faisait une joie de passer la soirée auprès de sa protégée. Solène prévint aussitôt Vicky qui avait intercepté le message et avait placé la base en alerte à la demande de Jack. Ce dernier s’était isolé dans son bureau et discuta quelques minutes en privé avec Brangwen. Baptiste avait aussitôt amené Eleonora à la ferme, avant d’aller chercher Audur et le matériel. Dès que tout fut installé, Solène prit son téléporteur sur la cheminée. Quelquefois elle restait devant, la main posée sur le fermoir de la boîte, prête à l’ouvrir, mais elle se ravisait toujours. Solène hésita un instant avant d’ouvrir, puis elle prit le téléporteur. Non sans un pincement au cœur, elle l’attacha à son poignet, sans même le regarder. Elle sentit la piqûre de l’aiguille qui analysait son ADN et attendit qu’il la reconnaisse pour envoyer un message à Brangwen. Elle faisait cela machinalement en revenant près d’Audur. Des informations que Solène avait pu voir sur le téléporteur, Alex n’était pas sur la Terre et il était trop loin pour être localisé par ce dernier.
Elle ne remarqua l’arc-en-ciel de couleurs que lorsque le message fut envoyé. C’étaient ces changements que Bicelmos avait aperçus. Le rythme cardiaque de Solène augmenta si rapidement qu’elle en eut le souffle coupé, ses yeux brillèrent et un sourire s’esquissa sur ses lèvres.
La porte s’ouvrit doucement en grinçant légèrement. Solène se tourna lentement, tout son être tremblait, elle croisa le regard de Baptiste qui lui souriait. Elle regardait fixement son mari, incapable de parler et de bouger. Jack était tout aussi ému, sa compagne se trouvait bien là, devant lui, plus belle que jamais. Cette fois ce n’était pas un mirage, comme il en avait eu tant et plus. Il restait pétrifié et n’osait pas entrer. Ils se dévisagèrent quelques secondes avant que la jeune femme parvienne enfin à parler.
— Jack… Dis-moi que c’est bien réel. Dis-moi que tu es bien rentré…
Elle s’avança doucement et il l’imita, laissant ainsi voir son costume et sa redingote. Il avait pris soin d’accrocher son insigne. Son chapeau melon cachait son visage, même s’il l’avait un peu relevé pour mieux admirer son épouse.
— Je suis bien là, jeune fille…
Solène avança vers lui et le dévisagea un instant, partagée entre la joie et la peur que ce ne soit qu’un autre rêve. Elle se blottit contre son torse et fut alors certaine qu’il était bien présent, pâle et amaigri, mais de retour chez lui. Jack l’entoura de ses bras, embrassa ses cheveux puis il la recula pour la contempler. Aucun des deux ne parvenait à retenir ses larmes. Jack fit doucement descendre ses mains le long des bras de Solène, qui restait figée devant lui, comme hypnotisée par ses yeux presque noirs. Il embrassa ses mains et la dévorait des yeux. Les larmes lui rendaient la vue difficile, mais Solène aperçut le visage de son époux, que l’ombre du chapeau cachait toujours en partie ; ses rêves prirent alors tout leur sens. Elle dégagea doucement sa main et la posa sur sa joue meurtrie qu’elle caressa tendrement. Jack serra son corps dans ses bras pour la soulever de terre, avant de l’embrasser. Il n’avait rien perdu de sa force et elle lui semblait encore plus légère qu’avant sa disparition. Il pouvait sentir ses côtes sous la robe et eut un pincement au cœur. Le baiser qu’elle reçut fut aussi doux et enivrant que le premier qu’il lui donna. Elle était tout autant à sa merci que la première fois où elle s’abandonna tout entière dans ses bras. Pendant les minutes qui suivirent, le monde qui les entourait s’évanouit, ne laissant place qu’au bonheur que les époux réunis dégageaient. Une sorte d’aura les entourait. Tous deux auraient tant aimé que la situation soit toute autre.
Baptiste était sorti et avait trouvé les enfants sur le chemin du retour près de la maison. Il entra avec eux par la porte arrière.
— Heureux de te revoir jeune fille, tu m’as tellement manqué, murmura M. Cooper entre deux baisers.
Lorsque les enfants entrèrent, il leur fallut un instant pour comprendre les paroles de Baptiste, « Vous allez avoir une grande surprise ! » leur avait-il dit, un petit sourire aux lèvres. Bicelmos et Bronwen découvrirent leurs parents enlacés échangeant toujours un baiser.
— Papa ! Je vous l’avais bien dit qu’il reviendrait bientôt ! Le téléporteur ne pouvait pas se tromper !
Jack reposa sa femme au sol. Elle s’écarta un peu, laissant la place à Bicelmos qui accourut dans les bras de son père. Bronwen était plus réservée, elle avançait doucement, elle peinait à croire ce qu’elle voyait.
— Viens, lui murmura Solène.
Bronwen prit la main tendue de sa mère et s’approcha de son frère.
— Papa, est-ce bien toi ? Bicelmos avait raison ?
— Oui ma chérie, c’est bien moi. Viens embrasser ton vieux père.
La jeune femme se blottit dans ses bras.
— Maman, tu vois qu’il ne fallait pas pleurer, papa est revenu !
Le jeune homme étreignait sa mère et sa sœur. Il tenait toujours fermement la main de son père et essayait de cacher son émotion.
— Tu ne vas plus partir, papa, promets-le-nous ! implora sa fille.
— On doit aller chercher Alex, il court un grand danger. Maman aussi si on n’arrête pas ce qui se trame, mais après je vous promets qu’on ne partira plus. Vous m’avez tellement manqué tous les trois.
Ils restèrent ainsi quelques minutes, tous les trois blottis dans les bras de M. Cooper. Jack avait repris son assurance habituelle et lança son chapeau sur le portemanteau, comme il le faisait toujours.

Écrire un commentaire

Capcha

Enter image code

Notice: Undefined index: enable_rss_comment in /homepages/6/d679917093/htdocs/pluxml-prod/core/lib/class.plx.show.php on line 1351